16 janvier 2007

La constance

Photo de Marie Hochhaus

 the_sound_of_spring_by_wordsforsnow

Le chat m'observe, me traverse.

 

C'est le feutre, la lueur havane qui ne s'éteint pas, son regard.
Jamais l'animal ne se détourne.
Il est présent dans l'intelligence de l'immobilité, et attend, me dispense le vert dilué de son iris.

Elle est là son essence.
Dans la discrétion d'une fausse absence, présence dérobée qui apaise et inquiète.


C'est la nuit qui gobe les dernières respirations du soir : j'avale le sommeil par tranches.


Posté par Ajual à 00:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur La constance

    ...

    Bel hommage à ce petit être rôdeur, discret, témoin perché qui observe avec malice et une légère nonchalance ce qui se passe plus bas.

    Posté par Wilyrah, 16 janvier 2007 à 21:21 | | Répondre
Nouveau commentaire